Documents mis à votre disposition par « La Costelle »

Mesures de Lorraine sous l'Ancien Régime

Voir aussi Poids et mesures sur Internet.

Nota : Les équivalences ci-dessous ne donnent qu'un ordre de grandeur. Elles ne sauraient être utilisées telles quelles dans le but de convertir des valeurs, et quels que soient l'époque, le lieu et le contexte.

Les mesures linéaires

En Lorraine, la mesure linéaire de base est la toise ou verge. Il en existe plus de 60 variétés qui sont toutes des multiples exacts de 7 sortes de pieds. Les différences, souvent minimes, peuvent cependant varier assez fortement d'un endroit à l'autre.

Il existe aussi en Lorraine :

Les distances entre villes et villages sont comptées en lieues. Cette mesure itinéraire en Lorraine est liée à la circulation pédestre :

Les mesures agraires de surfaces

La mesure de surface de base est le jour ou l'arpent. Chacune de ces surfaces comprend un nombre variable de toises ou de verges carrées, de 100 à 750... Ce nombre est plus faible dans les secteurs dotés d'une toise longue. Le jour ou journal correspond à la superficie qu'un homme peut travailler (labourer, faucher, cultiver) en une journée. Il varie en fonction du travail et de la qualité de la terre, soit entre 25 et 50 ares et n'atteint son maximum de valeur que pour les terres de cultures. Quant aux prés, vignes et jardins, ils sont estimés en unités plus petites, sous multiples du jour local qui se divise couramment en quart, huitième ou dixième dans le ressort de la toise lorraine. La sous division du dixième est appelée hommée ou ommée et sert d'unité courante. Cela contribuait à rendre le système lorrain proprement dit presque décimal.

Les mesures de volumes

Pour les liquides

Pour le bois

Pour les grains et matières sèches

Au moment de la récolte, on compte aussi des gerbes, bottes, voire brassées. Ce sont des unité spécieuses. Comment s'en effectuait le contrôle : diamètre, taille des épis, homogénéité entre centre et extérieur ?

Les mesures de poids

On lit dans la Notice Historique Sur La Paroisse De Fraize du curé Paradis : "[en 1793]. Quatre propriétaires de la Costelle et un de Scarupt, invités à trois reprises différentes par le sergent de la commune à verser les 19 zettes et demie d'avoine qui leur étaient réclamées, ou bien à en payer le montant, s'y refusèrent..."
À quoi correspond donc cette zette ?

Les unités monétaires

Se reporter à Internet pour plus de détails, par exemple la page&nssp;: La Lorraine ne connaissait pas la monnaie unique !.

Vous y retrouvez-vous ?

Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© La Costelle. Dernière mise à jour le 26/03/2018 à 11:25 
▲     Retour haut de page     ▲