Les monuments remarqués par « La Costelle »

Les seigneurs du ban de Fraize

Blason de Lorraine,d'or, à la bande de gueules, chargée de trois alérions d'argent
Blason du Chapitre de Saint-Dié,d'or à la bande d'azur chargée de trois roses boutonnées du champ, à cinq pétales du champ et cinq pétales d'argent
Blason des Ribeaupierre,d'argent à trois écussons de gueule
Blason des de Parroye,de gueule à trois lions d'or

Fraize donnait autrefois son nom à un ban considérable dont la Costelle était le chef-lieu, et duquel dépendaient le Belrepaire, les Aulnes, Clairegoutte, le Mazeville, Scarupt, Plainfaing, Noiregoutte, Habaurupt et le Ban-Saint-Dié. Comme on le voit, Plainfaing avec ses hameaux faisait partie de la communauté de Fraize, et ce n'est qu'en 1783 que Plainfaing ayant été érigé en paroisse, forma une communauté distincte de Fraize.

Lors du partage de l'empire de Charlemagne, au traité de Verdun, le ban de Fraize fit partie de la Lotharingie, et finalement du duché de Lorraine.

Le ban de Fraize appartenait, en majeure partie, au duc de Lorraine depuis le XIème siècle, et, pour une faible part, au grand-prévot de Saint-Dié ; de plus, le Chapitre y touchait deux rentes importantes d'environ 800 francs. En 1222, le duc de Lorraine Mathieu II, pour s'attacher ses grands vassaux leur céda la plupart de ses domaines écartés, et deux grandes familles, les Ribeaupierre et les Parroy se partagèrent le ban de Fraize à titre d'hommage au duché :

Fraize n'a jamais été siège d'aucune seigneurie, et n'a donc jamais eu de blason. On trouve ici où là le blason du chapitre de Saint-Dié, comme ci-dessus, par exemple sur le vitrail central du chœur de l'église, où la la mairie, mais c'est sans aucune raison ! Encore moins n'avait de sens le farfelu blason avec bandeau de fraises qu'on a pu voir au début du siècle dernier !

Les chanoines du Chapitre de Saint-Dié

Les Ribeaupierre jusqu'en 1693

Ils habitaient Ribeauvillé, et possédaient de vastes domaines en Alsace, touchaient à Fraize une redevance annuelle d'une charretée de vin, ce qui prouve que la culture de la vigne y était assez développée. Elle ne cessa qu'à l'époque de l'invasion des Suédois (au moment de la guerre de Trente ans de 1618 à 1648). On appelle encore aujourd'hui Champs de la Vigne une partie du finage de Fraize située au bas du hameau des Sèches-Tournées. La lignée s'éteint en 1673 lors de la disparition sans postérité mâle du comte Jean-Jacques de Ribeaupierre, et ses héritiers cèdent leurs parts du ban de Fraize au sire de Créhange, descendant des Parroye./p>

Les Parroy jusque fin du XVIème siècle.

Simon de Parroye s'accorda avec Ancel (ou Ancelme) de Ribeaupierre pour prendre en commun les redevances qu'ils versaient annuellement au duc. Puis Albert de Parroy racheta en 1324 aux Ribeaupierre la charretée de vin que les vignerons de Fraize lui devaient. En 1343, la partie de la seigneurie de Fraize appartenant aux Ribeaupierre, et qui n'avait plus qu'une faible importance, fait retour au duché de Lorraine, Henri de Ribeaupierre ayant cédé au duc Raoul, pour en jouir après son décès, tout ce qu'il avait au ban de Fraize, en reconnaissance, dit-il, des bienfaits qu'il en avait reçus.

À partir de la fin du XVIème siècle

Les Ribeaupierre ont disparu, et les Parroye ont été successivement remplacés par : Georges Bayer de Boppart ; en 1677, le sire de Créhange ; en 1729, M. de Cogney était seul seigneur du ban de Fraize, haut, moyen et bas justicier, et était exempt de toute subvention, c'est à dire de toute imposition ; en 1730, M. Régnier, seigneur d'Arcy-sur-Moselle était devenu seigneur du dit ban ; mort en 1743, ses droits passèrent à sa veuve, laquelle eut pour régisseur Regner de Cogney, capitaine réformé. En 1789, messire de Clinchamp d'Aubigny, résidant à Metz, était seigneur de la communauté de Fraize.

Depuis la Révolution

Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© La Costelle. Dernière mise à jour le 08/03/2018 à 16:49 
Logo de la Société Philomatique des Vosges Logo de la Fédération des Sociétés Savantes des Vosges
▲     Retour haut de page     ▲